IMG_1489

 tête à collerette en porcelaine

signée derrière la tête

que j'ai dénichée sur la brocante de VRON, dimanche dernier

C'est une poupée JULES VERLINGUE des années 10-20, maître faïencier breton  signée d'une ancre encadrée de ses initiales JV.

 

la tête a été fixée sur un demi corps réalisé grossièrement avec les moyens du bord

et posée sur un socle

sans doute pour cacher un flacon ou une boite de poudre de riz

IMG_1489-001

 

la perruque en fil est d'origine, joliment tressée avec boucles d'oreilles en strass tout comme le bijou de la robe

 

la robe a été de belle facture mais est bien abimée par le temps,

il faut dire qu'elle est plus que centenaire ......

 

La région de Boulogne-sur-Mer bénéficie d'un bon trafic ferroviaire grâce à deux cours d'eau facilitant l'arrivage des bateaux chargés d'argile depuis Bordeaux et Rouen.
La faïencerie est de tradition dans cette région entourée de forêts de chênes.

La Faïencerie de la Madeleine, sise à Boulogne sur Mer, est exploitée par Jules Verlingue, qui créé des modèles destinés à être vendus dans des centres touristiques, jusqu'à la fin de la Première Guerre Mondiale.

Il dirigea auparavant une petite faïencerie rue de Bréquerecque , pendant une quinzaine d'années.

La Faïencerie boulonnaise est victime de la crise économique qui secoue la France et la Seconde Guerre Mondiale lui sera fatale.

De nombreuses têtes de poupées cassées ont été découvertes lors de travaux à l'emplacement de cette Faïencerie, prouvant qu'elle en produisait, en plus de la vaisselle.

Ces têtes étaient en biscuit coulé, yeux dormeurs ou fixes, bouche ouverte sur de petites dents.

Il en existe trois modèles : Petite Française, Liane et Lutin. Elles sont signées d'une ancre de marin entourée d'un J et d'un V.

La famille Verlingue produit des modèles de vaisselle ou d'objets souvenirs destinés à la vente pour le tourisme. 
Il faut dire que la concurrence est ardue à cause de la crise économique du moment faisant gronder fortement des rumeurs de guerre.

Nous sommes à la veille de la Grande Guerre 14-18.

La crise économique d'entre les deux guerres eut raison de cette société.


Son nom disparaît mais reste en témoin la signature marquée de l'Ancre sur la vaisselle de faïence ou sur les têtes de poupées.

 

1-015

je possède déjà la Petite Française ( tête seule ) mais je ne connaissais pas la Lutin

restra donc Liane à dénicher